Chaussures soldées chaussures - Livraison Gratuite avec Spartoo.com ! ugg cnaipe


ugg osta verkossa
синий uggs
ヒョウ柄

Canape dakota

92 produits
Affichage zoom

Sujet : [FIC] Fétichiste des pieds tour du monde

Répondre
Nouveau sujetListe des sujets
DébutPage précedente
123456789
Page suivanteFin
Saka_Univer7
MP
14 mai 2015 à 00:57:10

Dans l'avion, je m'ennuyai. Un petit creux survenait et j'eu l'envie de manger mes Smarties dans ma sacoche vu que les sandwichs de l'avion coûte le SMIC. En fouillant, un petit papier m'intriguait. Celui-ci écrivait ceci :
Coucou petite merde, j'ai mis ce petit papier dans ton sac juste avant que tu parte pour te dire les choses que je ne t'avais pas dites. Mon ami au Brésil s'appelle Camilla, elle habite 2 Rues plus haut de la plage. Son tel xxxxxxxxxx. Elle t'indiquera où elle habite une fois là-bas. Bien sur elle a 18 ans mais elle étudie beaucoup...
PS : Je t'ai cacher une surprise dans ta valise... Aussi le tel de Mélanie : xxxxxxxxxx

Au Brésil, l'atterrissage fut brutal. J'avais eu envie de demander si le pilote avait obtenue sa licence dans une pochette surprise...
En sortant de l'avion (en dernier), je fus bousculé par un groupe de 4 jeunes asiatiques. Sous le choc, une bouteille d'eau tombât de l'une d'entre elles. Elle roula par terre jusqu'à leurs pieds...nu...
Je commençai a me baisser pour la ramasser quand une asiatique me fit signe du doigt de la ramasser, les autres firent de même. Leurs pieds était très beau, je fit mine que la bouteille me glissait des mains pour les contemples plus longtemps. Je ne sais pas si cela marchait mais l'une d'entre elles me montra sa plante de pied toute noire. Je me levai et je donnai la bouteille d'eau. Je ne sais pas ce qui m'a prit mais je leurs ai dit (pas doué en anglais) : Pretty feet !
Elles : Thanks you but they are very dirty.
Moi : No problem why are you walking barefeet ?
Elles : We hate shoes ! We walk always and everywhere barefoot.
Moi : Good, I respect you
Elles : Do you love them ?
Moi : Euh... yes because... I'm a footfetish
Elles : so kiss them
Elles me présentait leurs belles plantes de pieds mais sales à l'extrême. Une bise a chacun, Biz ,Biz ,Biz ,Biz ,Biz ,Biz ,Biz ,Biz.
Elles : Where do you sleep at night ?
À cause des heures de retard de l'avion, il était 18h. Je ne m'en mettait même pas rendu compte !
(Je m'en fout de la logique )
Moi : I don't know...
Elles : But you can sleep with us.
Moi : I don't want to déïrangéï :-|
Elles : Follow us
Je les suivirent, nous prenions nos valises et nous nous rendions vers le parking a taxis.
Moi : Sorry to bother you but we need a cab.
Homme : Follow me, please !
Le conducteur nous ouvrai le coffre d'un van Mercedes. Je mettais leurs bagages dans le coffre et nous primes place. J'était au fond avec l'asiatique qui m'avais dit d'embrasser leurs pieds. Le van entamait son trajet et elle posa ses pieds sur mes cuisses.
Elle gigotait ses orteils et me fit sentir ses pieds plusieurs fois. C'est vrai qu'ils était beaux, de beaux orteils fins et une magnifique plante de pied toute noire.
Elle posa sont pied sur ma bouche, je comprit que je devais les embrasser. Un bisou par ci un bisou par la, je ne m'arrêterai plus. Heureusement que le conducteur ne pouvait pas nous voir !
Elle me fit signe d'arrêter et me fit un geste style "suce son pouce". Immédiatement je compris que je devait lui sucer les orteils. D'abord j'hésitait puis je me disais que ça devait être comme les bottines de Mélanie. Le dessous de ses orteils étaient tout noires mais je commençait ma tâche. Je prit son pied et l'enfourna dans ma bouche. Un mauvais goût entrai en jeu. Je recrachai aussitôt son pied. Je passai un coup de main sur ma langue : elle était toute noire alors que son pied avait un semblant de pied propre. Elle rit et moi je cherchais un petit biscuit, n'importe quoi qui puisse changer ce goût. Heureusement un dernier Smarties au fond de ma sacoche m'a sourit, je le mâchouillait doucement pour que ce bon goût de chocolat se diffuse.
Nous arrivâmes à destination...
Nous sortions du van, en face de moi, un petit hôtel bien sympathique.
Elles : We live here
Moi : Good
Je payait le taxi, évidemment, et nous entrâmes dans le bâtiment.
Je dit Bonjour à l'hôtesse de l'accueil. Très mignonne au passage.
Nous prenions direction l'ascenseur mais manque de bol, il est en panne. (Y'a que dans les films que ça arrive).Heureusement, leurs chambres étaient situés au 2ème étage. Je montais les valises. Elles ouvrirent la porte de la chambre. Une petite chambre d'hôtel dont 1 lit double et 2 lit individuelles étaient disposés. Je leur posai la question Où je dormais, elles m'ont toute dit "par terre". Dormir par terre ne me dérangerai pas du tout mais dormir sans oreiller bonjour les cervicales au matin !
Je décidais d'aller m'acheter un petit oreiller dans la literie du coin. Après avoir ranger leurs affaires, elles m'accompagnaient. Malheureusement soit les literies du coin on fermer, soit elles sont fermées. Je retournai bredouille à l'hôtel. Les asiatiques montèrent dans la chambre et je m'arrêtais pour faite connaissance avec l'hôtesse d'accueil.

(Pour plus de compréhension, les dialogues seront traduits en français)

Moi : Bonjour comment allez-vous ?
Elle : Bonjour, je vais bien merci et vous ?
Moi : Bah j'ai un petit problème, j'ai oublier de prendre un oreiller pour cette nuit. Du coup je vais dormir sans oreiller. Pouvez-vous me dépanner ?
Elle : Il me semble qu'il me reste un oreiller dans ma chambre. Revenez dans 30 minutes, le temps que je finisse mon service.
Moi : Merci beaucoup madame, demandez ce que vous voulez, je le ferai.
Elle : Enfaite c'est Mademoiselle Eloisa
Moi : Et moi c'est monsieur Teddy
Je remontai dans la chambre, les asiatiques m'attendais. Elles m'expliquaient que leurs pieds devait entre propre.
Elles : Nettoie nos pieds avec ta langue.
Moi : Oh non... J'aime pas le goût !
Elles : Au moins lèche un pied sur deux

La sweet prochainement !

Saka_Univer7
MP
15 mai 2015 à 02:35:18

La vision de leurs pieds noires de crasse et leurs beaux pieds, me faisait baver.
Je me suis mît sur le dos, tête juste sous leurs pieds. Je sortais timidement ma langue et une fille faisait glisser son pied noire de saletés sur ma langue toute ma langue était noire. J'arrêtais car le mauvais goût rentrais en jeu. J'eu la merveilleuse idée de finir de laver leurs pieds avec une bassine d'eau et du savon. Après avoir fini cela. Les asiatiques regardèrent leurs séries télévisée japonaise et je descendais à l'accueil pour retrouver Eloïsa.
Elle était au téléphone. Pour ne pas la déranger, je m'asseyais sur un petit fauteuil près de l'entrée de l'hôtel. Une fois qu'elle eu fini, je m'approchait du comptoir.
Moi : Re-Bonjour c'est moi !
Eloïsa : Salut ! Tu reviens pour l'oreiller ou autre chose ?
Moi : Toujours pour l'oreiller mademoiselle Eloïsa.
Eloïsa : Arrête de m'appeler mademoiselle ! J'ai l'impression que je suis une princesse !
Moi : Que tu incarne
Eloïsa : C'est gentil ! Suis moi
Moi : Tu as une chambre dans cette hôtel ?
Eloïsa : Oui, je l'ai gratuitement.
Moi : C'est cool, ça !
Eloïsa était habiller d'un haut et d'une jupe noire et chaussée de converse et de collants noirs. Elle était très mignonne.
Nous montions l'escalier jusqu'à sa chambre situé au premier étage.
Eloïsa : C'est là !
Moi : Ça m'a l'air charmant
Eloïsa : Va t'asseoir sur le canap'. J'arrive avec ton oreiller.
Sa chambre avait tout l'air d'un petit appartement tout équipé, avec une belle déco d'art moderne.
Eloïsa : Voilà ton oreiller tête en l'air !
Moi : Bah merci
Eloïsa : Merci Qui ?
Moi : Merci Princesse Eloïsa !
Eloïsa : Tu n'est pas pressé ?
Moi : Non pas du tout.
Eloïsa : Alors est-ce-que tu venir me masser les pieds pendant que je regarde mon épisode de 20 minutes ? Car j'ai bossé comme une dingue aujourd'hui.
Moi : Je te doit un service donc j'accepte.
Elle s'asseyais sur son canapé et moi a genoux devant elle.
Elle me tendit sa jambe. Je défaisait les lacets.
Eloïsa : Merci, toute la journée j'ai bosser. Dès le matin, j'ai aspirer et nettoyer les chambres des vacanciers qui partaient. Puis dans l'après-midi, j'ai dû chercher à pied dans tout Rio, un client qui avait laisser son porte-feuille. Sa a durée 4 heures avant que je le retrouve à l'hôtel !
Même hier ça a été une grosse journée, j'étais tellement fatiguée que le soir, je me suis couchée toute habiller. Je m'étais même pas enlever ma jupe ou mes chaussures, rien !
Moi : Ta dormis avec tes converses ?
Je commençai a enlever sa chaussure droite.
Eloïsa : Oui et au passage, mes pieds risquent de sentir mauvais, j'ai beaucoup transpirer ! ;)
Moi : Meuh non ! Je suis même sur qu'ils sentent bon ;)
J'enlevait sa converse droite quand une forte odeur de transpiration me parvenait aux narines.
Eloïsa : T'es sur que c'est bon ? Ça sent terriblement les pieds jusqu'ici !
Moi : *longue inspiration* Non, ils sentent très bon
Eloïsa : Vasy sent-les ! :happy:
Je plaquais son pied contre mon nez et je prenais de grandes inspiration. Ses pieds étaient fatigués et la transpiration et les odeurs étaient très fortes dû au fait que ses pieds avaient marinés dans la sueur dès hier matin et que ses pieds et ses chaussures n'ont pas été aérer.
Eloïsa : Eh bon dit donc ! T'aime bien mes pieds toi ^^
Moi : Faut l'avouer qu'ils dégagent beaucoup de transpiration et des odeurs très fortes ^^
Eloïsa : T'es soumis mon petit gars ?
Moi : Oui c'est dans ma nature de servir les filles
Eloïsa : J'en ai jamais eu. Je trouve ça amusant !
Moi : Ordonne et j'obéirai ! Ça ne me dérange pas, vasy !

La sweet prochainement !

Saka_Univer7
MP
15 mai 2015 à 02:54:20

Saka_Univer7
MP
15 mai 2015 à 03:05:16

Benjam217
MP
15 mai 2015 à 03:06:25

Pourquoi c'est toi qui reprend ?

Saka_Univer7
MP
15 mai 2015 à 03:07:53

Yep avec l'inspiration de mon meilleur ami

Saka_Univer7
MP
15 mai 2015 à 03:20:46


Bonne nuit

schweppesounet
MP
15 mai 2015 à 14:08:40

Et ba t'aimes s'que tu fais toi

sweet

Lili-templier
MP
22 mai 2015 à 16:01:03

J'ai bander sa mère

Saka_Univer7
MP
30 juin 2015 à 13:02:09

Eloïsa : J'ai pas d'idées ! C'est quand même la 1ère fois que quelle qu'un ose sentir mes pieds qui puent !
Moi : Je sais qu'au fond de toi, il y a la dominatrice. Par exemple,
-Je doit sentir et lécher l'intégralité de tes converses et tes pieds
-Tu me colle tes pieds au visage et je dois les sentir jusqu'à ce que l'odeur parte
- J'enlève la semelle intérieure et je la met dans ma bouche pour enlever les saletés et la transpiration
-Tu peux me piétiner avec ou sans tes chaussures
-Tu peux marcher pied nu dans tout l'hôtel et je devrai lécher tes pieds sales
Eloïsa : Attend remet ma converse, je vais te piétiner.
Moi : Enfin on commence...
Eloïsa : T'inquiète, on fera tout ce que tu as dit !
Moi : Merci Princesse
Eloïsa montai sur mon ventre, elle ne s'amusait pas beaucoup mais elle aimait rester debout sur mon visage.
Elle mît un pied par terre et l'autre sur ma bouche.
Eloïsa : Lèche bien ça chien !
Moi : Avec plaisir Princesse
Eloïsa : Prend du plaisir ! Je veux que ça gonfle sous le pantalon !
A la vu des converses, elles datent de au moins 1an.
La semelle extérieure était légèrement poussiéreuse (merci le paillasson et la moquette ) J'eu vite fini.
Moi : Princesse Eloïsa, l'autre chaussure !
Eloïsa : Déjà fini ? Tien lèche bien l'autre, je verrai ta langue pour les résultats.
Je léchait vivement le dessous de sa converse.
Moi : D'autres chaussures par pitié !
Eloïsa : Ferme là et montre moi ta langue... Beuurk ! Elle est toute grise. Maintenant vient sous mes pieds, tu élèvera mes chaussures, tu les sentiras bien et tu mettra la semelle intérieure dans ta bouche.
Moi : Merci !
Eloïsa : Je te l'avais dit, tu ce que tu dis, on le fera.
J'enlevai soigneusement ses converses. Elle retira ses pieds chauds, transpirants, odorants et moites de ses chaussures. J'enfournai mon nez dans cette belle paire de converse. L'odeur y était forte, voir trop forte mais j'aimais être un moins que rien et sentir a plein nez la transpiration de ses pieds. On voyait distinctement les empreintes jaunes de ses pieds (signe de transpiration excessive).
Après ça, je décollai les semelles et les mettaient dans ma bouche, un goût fort de transpiration se faisait ressentir. Eloïsa rit.
Eloïsa : Tu te rend compte que tu lèche toute la sueur de mes pieds ?
Moi : Mhmmhmhmh !
Eloïsa : Je comprend rien ! Tu veux mes pieds ?
Moi : Mh
Eloïsa : Non ?
Moi : Mh !
Eloïsa : Oui ?
Moi : Mmmmh !
Eloïsa : Bah tien respire bien ! Mes pieds tout moites !
Moi : Mmh...
Effectivement ses pieds étaient moites de transpiration, ils me collaient au visage et dégageaient de fortes odeurs. Elle s'amusait a déformer mon visage avec ses orteils.
Soudainement, elle s'arrêta pour m'expliquer qu'il est temps qu'elle soit pieds nu.
Elle retira ses bas et me fit signe de la suivre. Ses pieds collaient toujours autant du coup la poussière collait à ses pieds beaucoup plus facilement. Eloïsa marchait pieds nu sur le sol (en caoutchouc je crois). Elle marchait bien le long des murs où la saleté c'était réfugié. Dès qu'elle tombait sur un endroit particulièrement sale, elle frottai rigoureusement ses pieds sur le sol. Elle était cruelle. Nous avons parcouru touts les couloirs de tous les étages. Peu avant la fin de notre (long) trajet, nous allions saluer une femme de ménage. Je ne la connaissait pas mais visiblement Eloïsa la connaissait.
Eloïsa : Julia Julia ! Attend !
Julia : Salut Eloïsa, qu'est ce qui t'amène ici ?
Eloïsa : Tu veux t'amuser ?
Julia : Sachant que j'ai fini ma rude journée... Pourquoi pas
Eloïsa : Tu vois ce couillon, là ?
Julia : Oui
Eloïsa : Et tu vois mes pieds ?
Julia : Aïe, ils sont tous sales !
Eloïsa : Eh bien ce couillon va les léchées.
Julia : Eh bien dit donc ! C'est un vrai cochon !
Julia était une femme de 30 ans environ au physique normal. Elle était habiller pareillement que Eloïsa sauf qu'elle chaussait des ballerines blanches à pois noirs pieds nu.
Eloïsa et Julia me conduisirent chez Eloïsa. Elles prirent place sur le lit.
Eloïsa : Viens Teddy met toi a genoux devant nous. Julia fait ce que tu veux de lui !
Julia : Mon coco je te laisse champ libre mais hors de questions que tu lèche mes pieds ! J'aime pas ça.
Moi : Très bien !
Eloïsa et Julia se mirent a discuter. Moi, bandant fortement au vu de leurs pieds, je prit le pied droit de Julia et je dévorait du regard sa ballerine.
Elle avait de petits pieds (35). Ses ballerines était très usées, le semelle extérieure était presque rongé entièrement et le synthétique extérieur était vieux et usée.
Moi : Julia, t'es ballerines ont quelle âge ?
Julia : L'hôtel me les a offerte dès que j'ai été employée. J'avais 22 ans, je crois donc que cela fait 8ans que je les aient.
Moi : Wahou ! Tu les a déjà passées à la machine a laver au moins ?
Julia : Non, jamais je ne les aient lavées. Pas dans ma mémoire en tout cas.
Moi : Toujours pieds nus ?
Julia : Toujours pieds nus, je n'aime pas les bas ou collants.
Moi : Tu les a porter tout le temps ? 365 jours par an ?
Julia : Oui 365 jours par an
Moi : L'intérieur est en quoi ? En cuir ?
Julia : Nan, en synthétique. C'est plus confortable ;)
Moi. : Mais le soir, où tu laisse tes ballerines ?
Julia : Je suis obliger de les laissées dans le couloir si je ne veux pas empester toute ma chambre !
Moi : Elles doivent puer !
Julia : Profite des odeurs, des saletés et de la transpiration.
Moi : Avec un grand plaisir !
Je déchaussais sa ballerine droite, mon nez prenait soin d'attraper toutes les odeurs. Son pied était rouge. Signe d'un pied qui a transpirer.
Tout le dessous de son pied était humide. L'intérieur de sa ballerine était sale.
Après avoir enlever ses deux ballerines, je me couchai par terre et je posai ses ballerines chaudes sur mon nez. Je respirait de grandes bouffes d'air nauséabonds. Ensuite pendant que mon nez s'occupait des odeurs, ma langue s'occupait de l'intérieur. Ma langue enlevai toutes les saletés et la transpiration accumulée depuis 8 années consécutives de sueur quotidienne. Après avoir fini, Julia planquaient ses pieds sur mon visage. Ils collaient plus que Eloïsa, ils étaient chauds et humides. Ses pieds bien moites sentais terriblement bon. Cette position durait un bon quart d'heure. Malheureusement l'horloge sonnait 20h, l'heure a laquelle je devais bientôt regagner ma chambre. Je pris les pieds d'Eloïsa et je les léchait vite et bien. Ils étaient très poussiéreux et sales. Bizarrement le mauvais goût n'était pas là. Pour en profiter, je me dirigea vers le petit placard à chaussures pour m'occuper de ses autres paires de chaussures. Là je découvrais une très veille paire de Ugg, de sandales compensées et de tongs. Je prit les tongs et je léchait l'endroit le plus sale : le dessus où l'on voyait l'empreinte noires de ses pieds.
Pareil pour ses sandales compensées.
Pour ses Uggs, je retirai les semelles intérieure quand soudain, Eloïsa me mis en garde: Ces Ugg appartenait à Julia dans ses années lycée, ensuite quand elles étaient trop usées Julia a voulu les jetés. Comme les Ugg étaient chères à l'époque, je pouvais pas m'en payer du coup Julia me les a donnés et j'ai fait toute mes années collèges et lycée dedans. Je ne les lavai jamais, Julia non plus. Aujourd'hui, je les portes en automne et en hiver mais quelques fois l'été quand je vais faire du shopping comme ça j'ai pas mal aux pieds
A ce moment là, je bandai comme un poteau électrique .Ses Ugg avaient plus de 10 ans, étaient portés pieds nus et elles n'ont jamais été lavées ! Que demande le peuple ?
Quand je vis l'état des semelles intérieure, mon nez s'y plaquai et ma langue léchait doucement ces 2 millimètres de saletés et de sueur. Les semelles étaient en-tie-re-ment noires et jaunes aussi la semelle avait pris la forme du pied.
Puis après avoir fini, je léchait sous la chaussure. La semelle extérieure était plate dû à l'usure de toutes ces années de marche. En deux simple coups de langue, ma langue était noire. Rien que d'avoir nettoyer à moitié sa Ugg, cela m'a prit près d'un quart d'heure

Eloïsa: Tu peux les emportes si tu veux. Tu me les rendra demain neuves ;)
Je dis au revoir à Julia et à Eloïsa. Je prenais l'oreiller et je me rendit dans la chambre des asiatiques. J'ouvrais doucement la porte, elles dormaient.
Fatigué, j'embrassai et léchait brièvement chacun de leurs pieds qui étaient redevenus sales. Je me couchai par terre sans matelas, sans couverture mais avec un oreiller.
Je me réveillais au aurores, les filles dormaient toujours. J'avais faim alors je me rendait à la cuisine de l'hôtel, là-bas je commandai un plateau d'œuf brouilles, de bacon, de céréales, de lait et de pain.
De retour avec le petit déjeuner, je faisais les parts : beaucoup pour les filles et peu pour moi.
Les filles se réveillèrent et mangeaient sans moi. Je devais attendre quelles finissent de manger pour que se soit mon tour. Donc pendant ce temps d'attente, je massait et embrassait leurs pieds sous la table.
Quand elles eurent fini, une des filles m'ordonna de mettre une assiette sous ses pieds. Elle sortais de l'appartement. Après 15 minutes d'attente, elle revenais avec 1 millimètre de crasse et de saletés sous ses pieds, aussitôt, elle posai un petit œuf brouillé sur l'assiette et l'écrasait sous ses pieds sales. Quand se fut de la bouillie, elle m'ordonna de lécher soigneusement ses pieds... La nourriture avant un goût horrible, je cru vomir plusieurs fois.

En fin de matiné, je devais partir rejoindre Camilla. Pendant qu'elles faisaient leur sieste, je prit mon sac et l'oreiller. Je descendait en bas a l'accueil et tendait l'oreiller à Eloïsa. Occuper au téléphone, elle le prit et ne me remarqua même pas.
En sortant de l'hôtel, sans perdre une seconde, je prit mon téléphone pour appeler Camilla. Elle ne répondait pas, je lui ai envoyer un message pour lui annoncer la situation.
5 minutes plus tard, je reçu une réponse de sa part : Elle était en cours et me donnai rendez-vous chez elle.
1 heure plus tard, devant sa maison, je frappai a la porte. Une jeune adolescente m'ouvrai, apparemment elle m'attendait. Je lui expliquai pourquoi j'étais ici et mon nom. Elle s'appellai Luciana, elle était plutôt mince, d'un physique assez banale. Elle portait un top rouge, un slim noir et des ballerines comme celle-ci:
Avec des protèges-pied couleurs chair.
Elle semblait avoir beaucoup de confiance en moi. Elle semblait aussi être au courant de mon fétichisme car elle s'amusait a balancer sa ballerine sous mon nez. Nous étions chacun l'un à côté de l'autre. Elle m'expliquai qu'elles vivaient seules car leurs parents partent souvent voyager et comme Camilla est majeur, elle peut en avoir la responsabilité. Ensuite de façon naturelle sans qu'elle me le demande, je me mettait a genoux pour la déchausser et lui sentir les pieds et les ballerines. Je la déchaussais quand une odeur de pieds très agreable mais bien présente arrivait jusqu'à mes narines. Je me couchai par terre sur le dos et je plaquai ses pieds sur ma tête. Je respirait de grandes bouffes. Ses pieds étaient un peu chaud et collaient, ses protèges-pieds étaient humide pour mon plus grand plaisir. Je fis de même pour ses ballerines, je léchait bien l'intérieur devant elle. Luciana rougis quand je faisais ça. C'est vrai que voir un homme plus âgé lécher des ballerines est assez derangant.
Soudain une porte s'ouvrait. C'était Camilla qui revenai de ses cours. Elle était mince, bien bati, belle et portait un top noir et un mini short en jean blanc avec des veilles bensimon blanches pieds nu. Je bandai fort car je m'imaginais toute la transpiration et les odeurs que pouvait dégager cette paire de chaussure surtout portés pieds nus toute la journée en été.
Aussitôt Luciana retirai vivement ses ballerines de ma bouche. Elle était gêné.
Camilla: Bah vasy continu ! John continu a lécher je te regarde !
Moi: Oui mai-maîtresse...
Luciana: Camilla pourquoi il lèche l'intérieur de mes chaussures et pas le dessous ?
Camilla: Le dessous on s'en fout ! Ce qui compte pour lui c'est la crasse, les odeurs fortes et la sueur abondante !
Luciana: Sérieux ? Bon toi fini de bien lécher l'intérieur et je monterai dans ma chambre faire mes devoirs. Pour t'occuper j'ai d'autres paire de chaussure dans le placard en bas a droite près de la porte d'entrée.

Je fini de lécher l'intérieur de ses ballerines et je lui dit: Puis-je nettoyer vos proteges-pieds, princesse ?
Luciana: Vasy avec tes dents et tu les mâchouillera comme un chewing-gum.
J'enlevai ses protèges-pieds et les enfourna dans ma bouche.
Moi: Mmmh !
Luciana:
Camilla: Tu vois il adore la transpiration abondante !
En effet les protéges-pieds étant de mauvaise qualité, ils avaient absorber toute la transpiration telle une éponge. Sa transpiration ruisselai dans ma bouche...
Luciana: Arrête de te branler mentalement et passe un coup de langue sous mes pieds !
Je léchait vivement les pieds de Luciana. Ils était rond et lisse assorti d'un vernis noir.
Luciana: Bon là je vais vraiment faire mes devoirs...
Luciana montai dans sa chambre

La sweet prochainement !

xShadowofIntent
MP
30 juillet 2015 à 17:23:15

Bon, on détère tout ça et on recommence ;p

Tandis que je regardais Luciana s'éloigner et monter les marches, j'entendais Camilla se rapprocher de moi.
Soudainement, sans prévenir, elle me colla une gifle en me disant :
"eh oh ! Je suis là sous merde, mets toi à genoux !"
Ceci me ramena à la réalité et je me mis à genoux devant elle..
Camilla : baisse les yeux !
Je baissa donc les yeux, et mon regard vint se poser sur ses bensimons blanches.
J'esseyais d'imaginer ses pieds à l'intérieur et l'odeur qu'ils devaient dégager ainsi que ses chaussures après cette longue journée.. Je bandais rien que d y penser.
Camilla tournait autour de moi,tout en me regardant comme si elle voulait me jauger, ou réfléchir à ce qu'elle me ferait subir pendant la durée de mon séjour chez elle.
Elle fini par s'immobiliser devant moi.
Camilla : Embrasse mes pieds.
Enfin ! La fête allait commencer
Je me mit donc à embrasser ses pieds avec le plus de passion au monde.
Camila : Défaits mes lacets maintenant. Et avec tes dents. Si tu t'aides de tes mains, tu devrais faire tout mes devoirs de maths.
Cette menace m'encouragea à n'utiliser que mes dents. Ce fut dur, mais après quelques minutes d'éfforts, j y arriva. Elle enleva ses chaussures toute seule. je pouvais désormais admirer 2 sublimes pieds, vernis d'un bleu lagon, et me dit :
"Tu n'as utilisé que tes dents, t'as droit à une récompense tiens ! "
Et elle me colla au nez sa bensimon gauche . Une odeur puissante se révela,l'odeur de ses pieds divins. J'etais toujours à genoux devant cette déesse, et je recommencais à bander.
Camilla : "Cela fait 3 ans que j'ai ces bensimons, je les portes qasi toujours pieds nus, et en été, au printemps et en automne , l'odeur doit etre bien pour toi ;) ".
Moi : Oh oui Maitresse, j'adore cette odeur.
Camilla : "Attends, suis moi,t'es pas au bout de tes surprises ;) "
je la suiva jusqu au canapé oû elle m'ordonna de m'allonger. Je connaissais déjà la suite..
Elle vient s'assoir sur mon pénis et mis ses pieds en plein sur mon visage.Ses pieds sentaient très fort.. Mais j'adorais cette odeur. Ils sentaient encore plus fort que les pieds de Mélanie rencontrée en Espagne.. je pouvais sentir la sueur de ses pieds se déposer sur mon visage..Ce faisant, je ne pouvais plus cacher mon érection..
Camilla : Oh ! Y a un invité surprise on dirait ? ;p
moi : mmmmh
Camilla : "T'as dit quoi" Elle leva en même temps un pied de mon visage
Moi "Je ..."
Je n'eu pas le temps de répondre qu'elle enfonca son pied dans ma bouche.
Camila : "Nettoies bien ! j'ai passé une journée dans ces chaussures sous un soleil de plomb.. Pour tout te dire, il fait 30 degrés dehors ^^. Je veux que mon pieds soient nickel après qu'il soit sortie de ta bouche. Si tu fais du bon boulot, tu auras l'honneur de pouvoir nettoyer l'autre, mon ptit esclave "
Je ne pouvais pas croire ce qu'elle disait.. Elle savait exactement quoi dire.J'etais au paradis.
Son pied avait un gout exquis de salé. Il y a avait un peu de crasse entre ses orteils que j'eu plaisir a enlever à coups de langue. J'ai nettoyé ses orteils pendant au moins 10 minutes, puis elle sortit son pied de ma bouche.
Camilla : "Maintenant tu vas nettoyer le dessous de mes pieds "
moi : Bien maitresse.
Camilla : Aller, lèche !
Et je lécha donc la plante de ses pieds pendant au moins 30 minutes.
Camilla : Bon,alors, maintenant, tu vas nettoyer mon 2ème pied, mais d'une façon un peu différente, esclave ^^

sweet ?

C'est ma 1ère participation à une fic, soyez pas trop méchant ^^

olivier0102
MP
29 décembre 2015 à 11:08:33

Bonjour, je suis fétichisme des pieds des fille et j'ai 15ans.
Enfaite j'ai toujours voulus lécher les pied d'une fille et Jai trouver cette astuce:
mon animatrice au centre sociale pour jeune qui s'appel Deborah est une fille que j'appreci beaucoup et avec qui je mentent bien , sur Facebook je lui est fait par d'un faut gage que j'ai inventer pour pouvoir m'approcher de ses pied voila se que je lui est écris : " Bonjours Deborah je suis dégoutée jai perdu un paris et mon copin ma donner un gage qui est de embrasser les pied d'une fille et de lui apporter une photo et j'ai directement pensser a toi parce que tu a les plus beau pied que jai vue asque tu voudrais ? "
Elle ma répondu : " je trouve sa bizarre pourquoi tu demande pas a ta sœur ? "
je lui est dit que non j'aime pas en plus elle a des pouris pied .
Elle ma alors dit : " D'accords mais moi je sait pas je trouve sa bizarre on voit sa a la rentrer on en parlera tous les deux puis on verra "

A votre avis comment elle va le prendre ?
Esque elle va me laisser lui embrassé les pied ?
Et moi que se que je devrais dire le jour venu ou je serrais face a elle ?

BryanCleaner
MP
16 juillet 2016 à 12:31:57

A quand une sweet? même si ça fait super longtemps?

eredinlol
MP
20 juillet 2016 à 16:28:22

j'avoue

Estebane1634
MP
12 août 2016 à 00:19:25

ouais une sweet plz

IssouRSA
MP
12 avril 2017 à 21:38:38

Bon allez je me lance pour une suite :

Sur ces mots, je redoutais le pire. Camilla se leva et alla chercher des bottes en caoutchouc transparentes. Elle y glissa des morceaux de bananes et du lait, histoire de faire un milkshake. Elle glissa son pied transpirant dans la botte et remua le tout...
Camilla : Tiens ! Régale toi esclavounet
Je lécha avec insistance son pied transpirant et dégoulinant de milkshake... Le goût était excellent...
Camilla : Bien tu n'y vas pas de main morte !
Elle prit la botte et m'ordonna de lever la tête et d'ouvrir la bouche. Et elle m'enfourna tout le reste d'un coup.
Moi : Merchi maitreche !
Camilla : Mais de rien ! Tiens maintenant que tu as repris des forces, tu vas me faire 100 pompes, et à chaque fois que tu te baisseras, tu embrasseras mes pieds divins.
Moi : maîtresse je suis fati..
Camilla me mit un énorme coup de pieds entre les jambes qui me calma aussitôt... Je me mis donc au travail...
Une fois ces pompes terminées, elle décida de m'enmener a la plage.
Une fois là bas, elle trempa ses pieds dans la vase et m'ordonna de nettoyer...
Camilla : je te préviens ! Si tu vomis, tu lèches !
Moi : Compris maitresse !
Le goût était degueulasse, mais je prenais plaisir à obéir à ma maitresse.
Une fois rentrés à la maison, je me mis allongé devant le canapé, tandis que Camilla me faisait sucer ses orteils et Luciana me malaxait le pénis avec ses pieds en collants.
À force, je lâchais la sauce sur ses pieds en nylon.
Luciana : Huuum nettoie moi ça ! Tu ne vas quand même pas laisser ça sur mes pieds non ?
Moi : Non bien sûr maîtresse adorée !
Je nettoyais donc mon propre sperme et le goût de ses collants avec mon foutre était délicieux...
Camilla : Tiens j'ai une idée : tu vas dormir dans le placard à chaussures ce soir ! Luciana te mettre ses collants dans la bouche toute la nuit !
Elle m'attacha dans le placard, les collants de la divine Luciana dans la bouche bloqués avec du chatterton. L'odeur de toutes leur chaussures étaient désagréable à souhait. Je dormis donc dans une position inconfortable mais une situation magique !

Voilà la suite prochainement si vous aimez ^^ !

IssouRSA
MP
17 avril 2017 à 15:56:01

Lorsque Camilla me réveilla, j'avais super mal au dos. J'avais le goût des collants sales de Luciana en bouche et c'était tellement divin !
Camilla : Alors, t'as bien dormi ?
Moi : Oui je vous remercie maîtresse !
Camilla : Tant mieux.
Luciana entra dans le salon.
Luciana : Teddy tu ne dis plus bonjour à ta maîtresse ?
Sur ces mots, je me précipita sur ses pieds et je lui fit des milliers de baisers. Ses pieds sentaient divinement bon et n'étaient pas vernis.
Luciana : Bon je vais en cours ! À plus les gens !